Garçon, de quoi écrire

Correspondances

Posted in In a sentimental mood by frichtre on 11 octobre 2009

Lire avant les épisodes suivants :

  1. In a sentimental mood # 1 (Madame Kévin)
  2. Réunion diplomatique, réunion de la trique (Frichtre)
  3. In a sentimental mood # 2 (Madame Kévin)
  4. Réunion diplomatrique deuxième (Frichtre)
  5. In a sentimental mood # 3 (Madame Kévin)
  6. Fesse à fesse (Frichtre)
  7. In a sentimental mood # 4 (Madame Kévin)
  8. Toy boy (Frichtre)
  9. In a sentimental mood # 5 (Madame Kévin)
  10. Branle-bas de Laura (Frichtre)
  11. In a sentimental mood # 6 (Madame Kévin)

Pas question de laisser tomber mes plans !

Pas question de laisser tomber mes plans !

Pff.

Elle a toujours cru que l’intellectuel entre nous, c’était elle. Or c’est bien ici l’origine de nos… de mes malheurs, de mes errances, de me doutes à son égard. Je l’entendais raconter sa passion pour la littérature sans qu’elle comprenne que j’en étais aussi passionné. Idem pour le théâtre ou l’opéra. À l’Amphithéâtre Richelieu lors d’une conférence, dans son studio d’alors, dans le bus avant de payer à ma place l’amende que j’écopais pour ne pas avoir valider mon billet, Laura me racontait ses lectures comme si elle en avait été l’héroïne. Or elle ne semble pas remarquer qu’aujourd’hui c’est pour de vrai. Une bonne et grosse histoire gloutonne. Grosse comme un cliché. Elle en connaîtra bientôt l’issue. Une fin à la Vian, pas vraiment réjouissante.

Elle invente mes préférences et mes références.

Gide ? Je n’aime pas Gide ? Moi ? Moi, Julien de Cotentin, seul du nom, je n’aime pas Gide ? Seulement a t elle oublié que j’ai réalisé mon mémoire sur la résistance et la littérature. Cette étude m’avait invité à étudier la naissance de la Collection de la Pléiade fondée par Jacques Schiffrin. Ces deux hommes ont échangé une correspondance passionnée. Mais comme Gide a refusé en son temps de publier Du côté de chez Swann, Laura n’a jamais vu en moi un homme qui valait la peine d’être aimer. Une baise dans les chiottes, un pipe dans l’amphi, une branlette dans le métro, qu’avons-nous déjà fait de moins hormonal ? Peut-être se saluer avant les étreintes.

Je lui demande de sortir de la voiture. Enlevant ses chaussures, Laura ne fait rien comme les autres. Elle sort du côté conducteur sans difficulté.

Les pieds sur le goudron, je la prends par la main.

– Tu ne fermes pas la portière ? me demanda t elle.

– Non. Comme dans les films, on retrouve toujours sa voiture intact à la fin.

Nous traversons la route, entamons un bout de chemin dans l’herbe fraîche du Jardin, zigzaguant entre les arbres. Des joggueurs se font doubler par des cyclistes. Des hommes, la tête basse, traversent le parc sans y appartenir. Des préservatifs jonchent le sols, certains pleins, d’autres éclatés, d’autres à peine sortis de leur étui en aluminium et quelques uns inutilisés. Au loin, entre les feuillus, nous pouvons distinguer le restaurant La Grande Cascade.

Il est 11h54.

Laura me suit sans poser de questions.

– Monsieur, bonjour.

– Bonjour, je voudrais une table.

– Monsieur a t il réservé ?

– Non et nous ne serons que deux.

Le maître d’hôtel scrute Laura de haut en bas. Étrangement, il ne bronche pas à ses pieds déchaussés. Celui-ci finit par nous accompagner à une table, discrètement installée près des cuisines. Une façon de nous faire comprendre que l’on ne vaut pas mieux que le gigot découpé à l’assaut du chef cuisinier.

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. FaFa said, on 11 octobre 2009 at 11:56

    T’es gentil… mais qu’est-ce qu’il va lui faire bon sang de bonsoir !!!!

    • frichtre said, on 11 octobre 2009 at 4:47

      lui servir un verre de vin ?

  2. Thé Citron said, on 11 octobre 2009 at 12:59

    Il la fait languir.

    • frichtre said, on 11 octobre 2009 at 4:47

      Apparemment Julien fait languir davantage Fafa.

  3. Izzie said, on 11 octobre 2009 at 3:15

    En fait, Julien est malheureux. Ils ont peut-être tout simplement loupé le coche de leur histoire.

    • frichtre said, on 11 octobre 2009 at 4:48

      Ca, je crois que c’est une certitude !!

  4. Madame Kévin said, on 11 octobre 2009 at 5:36

    Même si je suis co-auteur de cette histoire, les personnages me sont en partie opaques, Laura presqu’autant que Julien. C’est à la fois intéressant et troublant. C’est un vrai moteur pour l’écriture.

    • frichtre said, on 11 octobre 2009 at 7:04

      Idem mon général ! quand je commence mon billet je ne connais ni le début, ni le milieu et encore moins la fin. le personnage se construit à mon insu.

      • Pauline said, on 12 octobre 2009 at 6:35

        J’ai repensé à ce que tu disais sur cette écriture ascénariée (j’aime bien mon néologisme) en entendant un auteur dans Noctiluque hier soir:
        http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/noctiluque/
        « Plus le rythme se mettait en place et moins je savais ce qui allait se passer… » (26:46)

        • frichtre said, on 12 octobre 2009 at 11:24

          c’est exactement l’état d’esprit à la fois de l’échange mais aussi des textes en eux-mêmes !

  5. Izzie said, on 11 octobre 2009 at 6:36

    Madame Kévin et Frichtre : ce qui est incroyable dans votre chassé-croisé, c’est que l’on a commencé à vous lire le sourire en coin, légèrement coquin, et que l’on continue dans une tension dramatique de plus en plus palpable. Suivant la fin que vous écrirez, s’il y en a une, je vous dirais à quoi votre histoire me fait de plus en plus penser.

    • frichtre said, on 11 octobre 2009 at 7:07

      oui alors en fait les lectrices de Madame Kevin auraient explosé si la braguette de Julien avait explosé. D’ailleurs, il y a deux fois moins de commentaires sur les billets non sulfureux de M.K.

      • Izzie said, on 11 octobre 2009 at 7:46

        Je ne crois pas. Vos lecteurs s’attardent aussi sur le style de vos écrits, pas seulement sur la forme de Julien. Sans compter que beaucoup de personnes, dont je fais partie, n’osent pas laisser de coms même et surtout, quand elles estiment que les billets sont de grande qualité.

  6. FaFa said, on 11 octobre 2009 at 8:18

    J’espère que ce sera un bon cru !

  7. madamezazaofmars said, on 12 octobre 2009 at 4:30

    ou peut etre a t-il une irrepressible envie d’ un remake de la belle et le clochard, gigot a la place de spaghetti ?
    Sinon comme Izzie, souvent je n’ ose pas laisser de trace tellement la claque est grande en lisant vos billets respectifs. Je n’ ai d’ ailleurslaissé de com icic qu’ au cinquieme billet, c’est dire …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :