Garçon, de quoi écrire

Champs de mars

Posted in Inutile by frichtre on 18 octobre 2011

De : frichtre@wordpress.com

Date : 26 septembre 2011 22:57:12 HAEC

À : Partenaire de squash

Objet : Le sort s’acharne sur moi !

Hey !

Je rejoins hier une amie rue clerc pour un verre (je n’avais pas encore dormi !). On décide d’aller se poser sur le Champs de mars et là, juste devant moi, une fille comme je les aime. S’il fallait décrire un idéal, ce serait elle. Bref, superbe ! Des fesses à tomber, une cambrure folle, une petite poitrine hors compétition !

Elle était avec une copine assez quelconque.

Mon amie, Hélène, la remarque également. On en parle et essayons de trouver un moyen de l’aborder. Je te passe les détails, mais je lui adresse la parole avec un « qui est l’acteur principal de Truman Capote ? ». C’est honteux, n’est-ce pas ? Sa copine quelconque sort son iphone et me renseigne. Fin de la première partie.

Seconde partie, je la veux plus que tout. Elle se lève. Les deux filles se préparent à partir et courageux comme je suis, je reste sur mes fesses à la regarder, Persol sur le nez. D’un air détaché, je demande à son amie un stylo. Elle me le donne. Je reste assi et je note mon numéro sur la serviette blanche du café (je ne sais pas pourquoi j’avais ça avec moi, mais tant mieux).

Je lève la tête, je regarde cette gravure de mode face à moi et je lui demande son prénom. Un peu étonnée, elle est un peu gênée aussi : « Clémence » dit elle en rigolant.

Alors, je lui glisse : « Cela fait 36h que je n’ai pas dormi. J’ai fait la fête tout le week-end et je ne me suis pas encore pris de râteau. Alors au lieu de demander ton numéro, je te donne le mien ».

Elle me regarde, rigole, sort un « c’est une blague! », prend ma serviette blanche, se retourne et part.

5 secondes après je comprends que j’ai été un gros connard. En effet, j’ai réalisé que si je voulais dire : « Je suis fatigué après une nuit blanche, je ne me suis pas pris de râteaux car aucune fille ne m’intéressait. Mais maintenant que je te vois, je veux tout de même bien finir mon dimanche. Alors, au lieu de m’attendre à une fin de non recevoir, je préfère te donner mon numéro. Tu pourras en disposer comme bon te semble. »

Cependant, elle a du comprendre « J’ai baisé tout le week-end, je veux finir comme j’ai commencé alors prends mon numéro de toute façon tu ne pourras que m’appeler ».

On devrait TOUJOURS dire ce que l’on pense AU PREMIER DEGRÉ.

Frichtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :